Dans la volonté de transformer la façon dont le coton et d'autres cultures sont cultivés dans le monde, il reste un gros obstacle : l'absence d'un langage commun pour ce que signifie la durabilité et comment rendre compte et mesurer les progrès. Ce fut l'impulsion pour le Projet Delta, une initiative visant à rassembler les principales organisations de normes de durabilité afin de créer un cadre commun pour mesurer et rendre compte des performances de durabilité dans le secteur des produits de base agricoles, à commencer par le coton et le café. Le projet a été rendu possible grâce à une subvention du Fonds ISEAL Innovations, qui est pris en charge par le Secrétariat d'Etat suisse à l'économie SECO et dirigé par Better Cotton et la Global Coffee Platform (GCP).

Au cours des trois dernières années, les partenaires du projet Delta - Better Cotton, GCP, le groupe d'experts du Comité consultatif international du coton (CCIC) sur les performances sociales, environnementales et économiques (SEEP) de la production de coton, l'Organisation internationale du café (OIC) et le Groupe de travail Cotton 2040 sur l'alignement des mesures d'impact* — développé, testé sur le terrain et publié un ensemble de 15 indicateurs environnementaux, sociaux et économiques inter-produits pour mesurer la durabilité au niveau de l'exploitation. UN Mémorandum d'entente (MOU) a été signé avec les membres du groupe de travail Coton 2040 pour intégrer progressivement des mesures et des indicateurs pertinents dans leurs systèmes de suivi et d'évaluation (S&E).

Les indicateurs Delta s'alignent sur les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies et permettent aux utilisateurs de rendre compte de leurs progrès, et les outils et méthodologies sont suffisamment larges pour être également utilisés par d'autres secteurs agricoles.

Pour en savoir plus sur le projet et ce qu'il signifie pour les partenaires et les membres de Better Cotton, nous avons parlé à Eliane Augareils, responsable principale du suivi et de l'évaluation chez Better Cotton.


Pourquoi est-il important de créer un langage commun pour les normes de durabilité afin de communiquer et de rendre compte de la durabilité ?

Eliane Augareils, responsable principale du suivi et de l'évaluation chez Better Cotton.

EA: Chaque norme a différentes manières de définir et de mesurer la durabilité. Dans le secteur du coton, par exemple, même lorsque nous évaluons la même chose, comme les économies d'eau, nous avons tous des façons très différentes de mesurer et de rendre compte. Il est donc difficile pour un acteur du coton de comprendre la valeur ajoutée du coton durable, qu'il s'agisse de Better Cotton, biologique, Fairtrade, etc. Il est également impossible d'agréger les progrès réalisés par plusieurs normes. Maintenant, si nous mettons en œuvre ce à quoi nous nous sommes engagés à travers le projet Delta, nous pouvons analyser les progrès de la filière coton durable dans son ensemble.

Quelle est la signification et la valeur du MOU signé par le groupe de travail Coton 2040 ?

EA: Le protocole d'accord est un résultat important de la collaboration entre toutes les normes et organisations cotonnières du groupe de travail. C'est un engagement de ces normes d'intégrer tous les indicateurs Delta pertinents dans leurs systèmes de S&E respectifs. C'est très important car cela montre une volonté forte de la filière coton d'établir une définition commune du coton durable et une manière commune de mesurer les progrès. Cela représente également un esprit de collaboration accru entre les normes pour agir collectivement vers nos objectifs communs.    

Comment les indicateurs ont-ils été élaborés ?

EA: Nous avons mené un processus de consultation approfondi pendant un an, auprès de plus de 120 personnes représentant 54 organisations des secteurs privé et public agricoles. Nous avons d'abord identifié les priorités d'impact sur la durabilité pour les secteurs du coton et du café, et les parties prenantes ont formulé neuf objectifs communs dans les trois dimensions de la durabilité - économique, sociale et environnementale - toutes liées aux ODD.  

Nous avons ensuite examiné plus de 200 indicateurs utilisés par plusieurs plateformes et initiatives de produits de base pour mesurer les progrès vers ces objectifs de durabilité, en particulier la norme de données sur le café développée précédemment par GCP et le cadre d'orientation sur la mesure de la durabilité dans les systèmes de production de coton publié par l'ICAC-SEEP. panneau. Compte tenu des interdépendances entre les trois dimensions de la durabilité, nous avons reconnu que l'ensemble d'indicateurs Delta devrait être considéré et adopté dans son ensemble. Cela signifiait que nous devions arriver à un ensemble beaucoup plus petit. Nous avons finalement sélectionné 15 indicateurs, sur la base de leur pertinence globale, de leur utilité et de leur faisabilité dans le suivi des progrès vers des produits agricoles durables. Nous avons ensuite travaillé avec des experts pour identifier les meilleures méthodologies et outils existants, ou en développer de nouveaux, pour collecter et analyser les points de données nécessaires pour chaque indicateur.

Comment les indicateurs ont-ils été testés ?

EA: De nombreuses organisations impliquées dans le projet ont mené des projets pilotes pour tester les projets d'indicateurs sur de vraies fermes. Ces pilotes ont fourni des commentaires critiques sur les projets d'indicateurs, en particulier sur les méthodologies que nous avons développées pour les calculer. Certains indicateurs étaient très simples, par exemple le calcul des rendements ou de la rentabilité, ce que nous faisons tous déjà. Mais d'autres indicateurs comme la santé des sols, l'eau et les émissions de gaz à effet de serre (GES) étaient complètement nouveaux pour la plupart d'entre nous. Les pilotes nous ont aidés à comprendre la faisabilité de la mise en œuvre, puis nous avons adapté les méthodologies en conséquence. Pour l'indicateur de l'eau, nous l'avons affiné pour le rendre plus adaptable à différents contextes, tels que les petits exploitants et les différents climats. Dans les zones où les moussons sont courantes, par exemple, la quantité d'eau doit être calculée différemment. Sans les pilotes, nous n'aurions qu'un cadre théorique, et maintenant c'est basé sur la pratique. De plus, sur la base des enseignements tirés des pilotes, nous avons ajouté des limites pour chaque indicateur, ce qui nous permet d'être très transparents sur les défis de mise en œuvre et de collecte de données. Pour certains indicateurs, comme les émissions de GES, qui nécessitent beaucoup de points de données, nous avons également essayé d'identifier les points de données les plus importants pour obtenir des résultats représentatifs.

Comment le cadre Delta sera-t-il intégré dans les systèmes de S&E existants des normes de durabilité participantes ?

EA: Jusqu'à présent, certaines des normes - y compris Better Cotton, Fairtrade, Textile Exchange, l'Organic Cotton Accelerator et Cotton Connect - ont piloté plusieurs des indicateurs, mais elles n'ont pas encore toutes été mises en œuvre dans leurs cadres de S&E. Les apprentissages de ces pilotes peuvent être vus ici.

Better Cotton a-t-il déjà intégré les indicateurs du Delta Framework dans le système de suivi et d'évaluation de Better Cotton ?

EA: Les indicateurs delta 1, 2, 3a, 5, 8 et 9 sont déjà inclus dans notre système de S&E et les indicateurs 12 et 13 sont inclus dans notre système d'assurance. Nous prévoyons d'intégrer progressivement les autres dans notre système révisé de S&E.

Comment le Delta Framework profitera-t-il aux membres et partenaires de Better Cotton ?

EA: Il fournira à nos membres et partenaires des informations plus solides et pertinentes qu'ils pourront utiliser pour rendre compte de leur contribution à une production de coton plus durable. Au lieu de nos huit indicateurs de résultats précédents, nous mesurerons nos progrès sur les 15 du cadre Delta, ainsi que sur quelques autres liés à nos principes et critères. Cela permettra aux membres et partenaires de Better Cotton de mieux suivre les progrès réalisés vers les résultats et l'impact attendus de Better Cotton.

Les changements apportés à la façon dont nous rendons compte des émissions de GES et de l'eau seront particulièrement intéressants. Nous allons systématiser le calcul des émissions de GES et, espérons-le, être en mesure de donner une empreinte carbone approximative pour la culture du Better Cotton dans chacun des pays où nous sommes actifs. Les indicateurs nous aideront également à mieux évaluer l'empreinte eau de la culture du Better Cotton. Jusqu'à présent, nous ne quantifiions que le volume d'eau utilisé par les Better Cotton Farmers par rapport aux non-Better Cotton Farmers, mais dans un avenir proche, nous calculerons également l'efficacité de l'irrigation et la productivité de l'eau. Cela montrera la quantité de coton produite par unité d'eau utilisée et la quantité d'eau qui profite réellement à la culture d'un agriculteur. De plus, nous orientons maintenant notre système de S&E vers une analyse longitudinale, dans laquelle nous analyserons le même groupe de Better Cotton Farmers sur plusieurs années, plutôt que de comparer la performance des Better Cotton Farmers à la performance des non-Better Cotton Farmers chaque année. . Cela nous donnera une meilleure image de nos progrès à moyen et long terme.

Que signifieront ces changements pour les communautés agricoles de Better Cotton ?

EA: Les normes prennent souvent beaucoup de temps pour collecter les données des agriculteurs participants, mais les agriculteurs en voient rarement les résultats. L'un de nos principaux objectifs pour le projet Delta était de fournir aux agriculteurs leurs données de manière significative. Par exemple, un petit agriculteur ne bénéficierait pas beaucoup de la connaissance de son empreinte carbone, mais il gagnerait beaucoup à connaître l'évolution de la teneur en matière organique de son sol et de son utilisation de pesticides et d'engrais au fil des ans et comment cela se rapporte à l'évolution de leur rendement et leur rentabilité. Encore mieux s'ils savent comment cela se compare à leurs pairs. L'idée est de fournir ces informations le plus tôt possible après la fin de la récolte, afin que les agriculteurs puissent les utiliser pour bien préparer la saison suivante.

Le Delta Framework demandera-t-il plus de temps aux agriculteurs pour la collecte de données ?

EA: Non, cela ne devrait pas être le cas, car l'un des objectifs du projet pilote était de collecter davantage de données à partir de sources secondaires telles que des appareils de télédétection, des images satellites ou d'autres sources de données pouvant nous fournir les mêmes informations avec une plus grande précision, tout en minimisant temps passé avec le fermier.

Comment saurons-nous si les indicateurs ont été efficaces et ont soutenu les progrès vers les ODD ?

EA: Étant donné que les indicateurs sont étroitement alignés sur le cadre des ODD, nous pensons que l'utilisation des indicateurs Delta aidera certainement à suivre les progrès vers les ODD. Mais au final, le Delta Framework n'est qu'un cadre de S&E. C'est ce que les organisations font de ces informations et comment elles les utilisent pour guider les agriculteurs et les partenaires sur le terrain qui détermineront si cela les aide à progresser vers les objectifs réels.

Les données de différentes normes sont-elles stockées au même endroit ?

EA: À l'heure actuelle, chaque organisation est chargée de conserver ses données et de les consolider pour en faire rapport à l'extérieur. Chez Better Cotton, nous utiliserons les données pour créer des « tableaux de bord » par pays ainsi que des tableaux de bord pour nos partenaires du programme afin qu'ils puissent voir précisément ce qui va bien et ce qui est en retard.

Idéalement, une entité neutre comme ISEAL pourrait créer une plate-forme centralisée où les données de toutes les normes (agricoles) pourraient être stockées, agrégées et analysées. Nous avons développé des conseils complets dans le package de numérisation Delta Framework pour aider les organisations à garantir que les données sont enregistrées et stockées de manière à permettre leur agrégation à l'avenir. Cependant, la difficulté sera de convaincre les standards de partager leurs données tout en respectant la réglementation sur la confidentialité des données.

Quelle est la prochaine étape pour le Delta Framework et les indicateurs ?

EA: Un cadre d'indicateurs est une chose vivante. Ce n'est jamais "fait" et aura besoin d'être entretenu et d'évoluer constamment. Mais pour l'instant, les indicateurs, ainsi que leurs méthodologies, outils et documents d'orientation correspondants, sont disponibles sur le Site Web du cadre Delta pour quiconque d'utiliser. À l'avenir, nous recherchons une organisation pour s'approprier le cadre et revoir régulièrement la pertinence des indicateurs ainsi que les nouveaux outils et méthodologies potentiels disponibles pour les mesurer.

Que signifie ce cadre pour l'avenir de la filière coton et pour une production durable de coton ?

EA: Un point clé est le fait que différents acteurs du coton durable utiliseront un langage commun pour la durabilité et rendront compte de manière harmonisée afin que nous puissions unifier et renforcer notre voix en tant que secteur. L'autre bénéfice de ce travail est la collaboration accrue entre les principaux acteurs du coton durable. Nous avons consulté de nombreuses organisations de la filière coton, nous avons piloté ensemble les indicateurs et nous avons partagé nos apprentissages. Je pense que le résultat du projet Delta jusqu'à présent n'est pas seulement le cadre lui-même, mais aussi une volonté plus forte de collaborer les uns avec les autres - et c'est très important.


* Le groupe de travail Cotton 2040 comprend Better Cotton, Cotton Made in Africa, Cotton Connect, Fairtrade, myBMP, Organic Cotton Accelerator, Textile Exchange, Forum for the Future et la Fondation Laudes

Partagez cette page