Environnement

Le Jour de la Terre 2019 nous encourage tous à « Protéger nos espèces » et à réduire notre impact sur la planète. De l'utilisation de pesticides dérivés d'ingrédients trouvés dans la nature à la cartographie de la biodiversité, les agriculteurs BCI adoptent de multiples approches pour protéger et améliorer l'environnement naturel, tout en produisant du coton de manière durable.

  • À quels défis de biodiversité les producteurs de coton sont-ils confrontés ?

Afin d'utiliser la terre pour toute production agricole, il est possible que la terre ait été préalablement défrichée – cela s'applique également à la production de coton. Le défrichement la prive de végétation et perturbe les habitats naturels, ce qui a un impact direct et important sur la biodiversité. La réduction des habitats naturels diminue voire élimine les routes de reproduction, d'alimentation ou de migration de nombreuses espèces. Dans certaines parties du monde, il y a également eu une dépendance excessive aux pesticides chimiques et aux engrais dans l'agriculture. Une utilisation inappropriée ou inappropriée des pesticides peut affecter la santé humaine, contaminer les sources d'eau, les cultures vivrières et l'environnement en général.

  • Comment le Better Cotton Standard aborde-t-il la biodiversité ?

Deux des Principes du meilleur coton se concentrer sur la biodiversité et réduire l'impact néfaste des pratiques de protection des cultures. En 2018, nous avons mis davantage l'accent sur les principes environnementaux afin de renforcer notre Norme. Notre approche renforcée envers l'utilisation et la restriction des pesticides comprend l'élimination progressive des pesticides hautement dangereux et l'interdiction des pesticides répertoriés dans la Convention de Rotterdam (un traité visant à promouvoir le partage des responsabilités en matière d'importation de produits chimiques dangereux).

De plus, afin de recevoir une licence BCI, les producteurs de coton doivent adopter un plan de gestion de la biodiversité qui préserve et améliore la biodiversité sur (et autour) de leur exploitation. Cela comprend l'identification et la cartographie des ressources de la biodiversité, l'identification et la restauration des zones dégradées, l'amélioration des populations d'insectes utiles et la protection des zones riveraines (la zone entre la terre et une rivière ou un ruisseau). La cartographie aide les Agriculteurs BCI à mieux comprendre quelles espèces animales, végétales et microbiennes sont présentes sur et autour de leurs exploitations.

  • Quelles pratiques les agriculteurs BCI adoptent-ils pour réduire l'impact de la culture du coton sur l'environnement ?

BCI aide les agriculteurs à adopter une stratégie de gestion intégrée des ravageurs qui leur permet de gérer les ravageurs naturellement, réduisant ainsi leur dépendance aux pesticides chimiques. Cela pourrait inclure l'utilisation de la rotation des cultures pour briser les cycles des ravageurs et des maladies, la création de pesticides faits maison à partir d'ingrédients trouvés dans la nature et l'encouragement des espèces d'oiseaux et de chauves-souris qui agissent comme des prédateurs des ravageurs du coton.

L'agriculteur BCI Vinodbhai Patel a rejoint BCI en 2016 après avoir appris qu'Action for Food Production (AFPRO), l'un de nos partenaires sur le terrain en Inde, pourrait l'aider à accélérer son ambition de nourrir son sol et de gérer les parasites à l'aide de solutions non chimiques.

»Il y a à peine trois ans, le sol de ma ferme était tellement dégradé. Je pouvais à peine trouver des vers de terre dans le sol. Maintenant, je peux voir beaucoup plus de vers de terre, ce qui suggère que mon sol se rétablit. Mes analyses de sol montrent que les niveaux de nutriments ont augmenté, dit Vinodbhai.

Pour nourrir le sol, Vinodbhai a commencé à fabriquer un engrais liquide naturel en utilisant des ingrédients disponibles localement. Il mélange de l'urine et du fumier de vache, qu'il récupère dans les fermes voisines, du jaggery (sucre de canne non raffiné) du marché, de la terre, de la farine de gramme de Bengale (pois chiche) broyée à la main et un peu d'eau.

  • Comment la BCI progresse-t-elle davantage dans l'amélioration de la biodiversité ?

Le BCI et le High Conservation Value Resource Network (HCVRN) se sont récemment rendus en Inde pour évaluer l'applicabilité d'un nouvel outil de biodiversité développé par le BCI et le HCVRN. L'outil vise à guider les partenaires de terrain de la BCI pour aider les agriculteurs de la BCI à identifier et à cartographier les ressources de biodiversité sur et autour de leurs fermes. Cela les aidera également à développer les mesures d'atténuation appropriées lorsque des menaces sont identifiées. La BCI et le HCVRN ont également lancé des projets pilotes de gestion de l'eau et de conservation des terres au cours de la saison cotonnière 2017-18, aidant les agriculteurs à aller au-delà des réglementations nationales dans leurs efforts pour conserver l'eau, promouvoir la biodiversité et utiliser les terres de manière responsable.

Partagez cette page