Environnement
Crédit photo : BCI/Florian Lang Lieu : Surendranagar, Gujarat, Inde. 2018. Description : Un ouvrier agricole prépare un champ à l'aide d'une charrue manuelle tirée par des taureaux pour la culture du coton.

Par Alan McClay, PDG, Better Cotton. Cet article d'opinion a été publié pour la première fois par Événements Reuters sur 9 March 2022.

L'effondrement irréversible de l'écosystème est imminent. Si rien n'est fait pour l'arrêter, les systèmes agricoles sont confrontés à un avenir potentiellement catastrophique, avec de graves implications pour la société dans le monde entier. 

Ce n'est pas une hyperbole. C'est le verdict de centaines d'éminents climatologues du monde, comme l'a récemment exprimé le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) rapport. L'écriture est déjà sur le mur. Selon l'ONU Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), plus d'un tiers des sols du monde sont déjà dégradés en raison de l'érosion, de la salinisation, du compactage, de l'acidification et de la pollution chimique. Le résultat? Une absence de la diversité de la vie qui fait partie intégrante des plantes et des cultures nourrissantes. 

L'idée centrale de l'agriculture régénérative est que l'agriculture peut redonner au sol et à la société plutôt que de la prendre.

Comme chaque agriculteur le sait, un sol sain est le fondement d'une agriculture productive. Non seulement il aide à recycler les nutriments et à filtrer l'eau, mais il contribue également à accroître la résilience au changement climatique en retournant le carbone dans le sol. Cue le nouveau mot à la mode sur le bloc, "l'agriculture régénératrice". Du jour au lendemain, la phrase semble être partout, de la bouche des défenseurs du climat à ces victimes que nous nommons discours d'hommes politiques de premier plan. Pas depuis le «Révolution verte» des années 1950, un mot à la mode lié à l'agriculture s'est tellement accéléré si rapidement. Comme toujours, les critiques n'ont pas tardé à se manifester. Leurs arguments suivent des lignes conventionnelles. Certains disent que le terme manque de rigueur - "régénératif", "biologique", "durable", "intelligent en carbone", tous issus du même panier laineux. D'autres soutiennent que c'est une vieille idée remaniée dans les vêtements modernes. Quels étaient les premiers agriculteurs de la Croissant fertile sinon agriculteurs régénérateurs? 

De telles critiques cachent plus qu'un peu de vérité. Le terme agriculture régénérative peut certainement signifier différentes choses pour différentes personnes. Et, oui, il englobe des concepts tels que le travail réduit du sol, la rotation des cultures et les cultures de couverture qui, dans certains cas, remontent à des millénaires. Mais se plaindre de la terminologie, c'est passer à côté de l'essentiel. D'une part, les aléas de la définition ne sont pas aussi grands ou problématiques que certains aiment le prétendre. L'idée centrale de l'agriculture régénérative - à savoir que l'agriculture peut redonner au sol et à la société plutôt que de la prendre - n'est guère controversée. 

Une terminologie floue peut semer la confusion chez les consommateurs et, pire encore, faciliter l'écoblanchiment.

Deuxièmement, les techniques agricoles varient énormément, ce qui signifie que des méthodologies spécifiques seront toujours difficiles à cerner. Les pratiques suivies par les agriculteurs en Afrique de l'Ouest, où le sol est notoirement infertile, par exemple, seront différentes de celles adoptées en Inde, où les ravageurs et les conditions météorologiques erratiques sont les principales préoccupations.   

Troisièmement, l'absence de consensus complet ne conduit pas nécessairement à une absence totale d'action. Prenez les objectifs de développement durable de l'ONU ; les spécificités de chaque objectif peuvent ne pas plaire à tout le monde, mais elles plaisent suffisamment aux gens pour amasser une énorme quantité d'énergie collective.    

Dans le même ordre d'idées, de nouveaux termes peuvent rafraîchir notre réflexion. Il y a dix ans, les conversations sur la santé des sols et les rendements des cultures tendaient fortement vers la technique. Un peu moins d'engrais ici, un peu plus de jachère là. Aujourd'hui, alors que l'on parle de plus en plus d'agriculture régénérative, l'agriculture extractiviste elle-même est désormais sur la table des débats. 

Bien sûr, des définitions claires sont importantes. En leur absence, des incompréhensions peuvent survenir dans la pratique et ralentir, voire compromettre, la transition vers une agriculture plus durable. De même, une terminologie floue peut semer la confusion chez les consommateurs et, pire encore, faciliter l'écoblanchiment. À cet égard, Textile Exchange a récemment publié Analyse du paysage de l'agriculture régénérative marque une contribution précieuse et opportune. Construit à travers le dialogue à tous les niveaux de la communauté agricole, il établit un ensemble important de principes de base que tous les acteurs majeurs peuvent adhérer.   

Nous saluons tout particulièrement la reconnaissance par le rapport des avantages au-delà du stockage du carbone et des réductions d'émissions – aussi importants que soient les deux. L'agriculture régénérative n'est pas un poney à un tour. Les améliorations apportées à la santé des sols, à la protection de l'habitat et aux systèmes d'eau ne sont que quelques-uns des autres avantages environnementaux secondaires qu'elle offre. 

Nous considérons que le fait que l'agriculture régénérative soit maintenant sur toutes les lèvres est un énorme avantage.

De même, en tant qu'organisation engagée à améliorer les moyens de subsistance de millions de producteurs de coton, l'accent mis sur les résultats sociaux doit également être applaudi. En tant qu'acteurs essentiels du système agricole, les voix des agriculteurs et des travailleurs sont fondamentales pour décider de la manière dont l'agriculture régénérative est encadrée et des résultats qu'elle doit viser. 

Pour réitérer, nous voyons le fait que l'agriculture régénérative est maintenant sur toutes les lèvres comme un énorme positif. Non seulement le non-durabilité L'agriculture intensive et intensive d'aujourd'hui est de mieux en mieux comprise, tout comme la contribution que les modèles régénératifs peuvent apporter pour renverser la vapeur. Le défi à venir consiste à transformer la sensibilisation croissante en action sur le terrain. Les problèmes que l'agriculture régénérative cherche à résoudre sont urgents. Chez Better Cotton, nous croyons fermement à l'amélioration continue. Règle numéro un? Sortez des blocs et lancez-vous. 

Une leçon clé que nous avons apprise au cours de la dernière décennie est qu'une action efficace ne se produira pas sans une stratégie efficace pour la soutenir. C'est pourquoi nous encourageons nos partenaires participants sur le terrain à établir un plan complet de gestion des sols, énonçant des mesures concrètes pour améliorer la biodiversité des sols et prévenir la dégradation des terres. Une autre impulsion cruciale à l'action est de raconter une histoire convaincante. Les agriculteurs ne passeront pas de ce qu'ils savent sur la base d'anecdotes et de promesses. Des preuves tangibles sont requises. Et, pour cela, des investissements dans la surveillance et la recherche de données sont nécessaires. 

Les modes, par nature, évoluent. Dans le cas de l'agriculture régénérative, attendez-vous à ce que les définitions soient affinées et que les approches soient révisées. En tant que concept de base de la façon dont nous devrions cultiver, cependant, il est fermement là pour rester. Ni la planète ni les agriculteurs ne peuvent se le permettre autrement. 

En savoir plus sur Better Cotton et la santé des sols

Partagez cette page