Partenaires

Narjis Fatima, Facilitatrice de terrain, WWF-Pakistan

Dès son plus jeune âge, Narjis a développé un amour et une affinité particuliers pour l'agriculture et la nature. Sa mère, qui était cueilleur de coton et leader pour les droits des travailleuses, l'a inspirée à soutenir les femmes dans le secteur du coton. Le WWF-Pakistan l'a nommée facilitatrice de terrain en 2018. Narjis a depuis formé d'innombrables femmes des villages et des communautés locales aux meilleures pratiques de cueillette du coton.  

Qu'est-ce qui vous a poussé à travailler avec les femmes de la filière coton ? 

L'agriculture étant notre affaire de famille, je l'aimais depuis l'enfance. Mon père était agriculteur et ma mère était cueilleur de coton. Après avoir terminé mes études, j'allais cueillir le coton avec ma mère. En plus de la cueillette du coton, ma mère était aussi une leader pour les droits des travailleuses. Certains des agriculteurs payaient moins de salaires ou ne fournissaient pas d'eau potable et elle voulait changer cela. J'ai été inspirée par l'engagement de ma mère envers les droits des travailleurs et je voulais aussi faire quelque chose pour les travailleurs.  

Qu'est-ce qui vous motive dans votre rôle d'animateur de terrain ? 

L'objectif de notre projet est de promouvoir la culture du Better Cotton afin de rendre la production de coton meilleure pour le producteur, meilleure pour l'environnement et meilleure pour l'industrie cotonnière. En formant les travailleuses aux principes de Better Cotton, je peux jouer mon rôle dans la production de coton durable et je peux améliorer leurs ressources sociales et économiques. Je peux aussi contribuer aux bénéfices de l'innovation dans l'agriculture et jouer un rôle dans la sauvegarde de la nature. C'est pourquoi je souhaite stimuler l'innovation dans l'agriculture pour offrir un avenir meilleur à mes enfants. J'aime tellement la nature que je veux travailler pour sa survie. 

Pouvez-vous nous parler de l'un des plus grands défis auxquels vous avez dû faire face en tant que femme dans le secteur du coton ? 

Quand j'ai commencé à travailler pour le WWF-Pakistan, j'ai rencontré beaucoup de problèmes parce que ma famille ne voulait pas que je travaille. Personne de ma famille ne voulait m'emmener sur le terrain et il n'y avait pas de transport en commun dans notre région. J'ai dû apprendre à conduire une moto par moi-même. Je suis tombé plusieurs fois et j'ai subi de nombreuses blessures, mais je n'ai pas abandonné. En fin de compte, tout mon travail acharné a porté ses fruits. Je fais de la moto depuis trois ans maintenant et aller sur le terrain avec mon vélo a inspiré beaucoup d'autres femmes. 

Pouvez-vous partager des exemples de nouvelles pratiques qui ont conduit à des changements positifs ? 

Nous formons les travailleuses sur les avantages de l'utilisation d'équipements de protection individuelle lorsqu'elles travaillent sur le terrain. Nous leur montrons comment se couvrir la tête avant la cueillette, utiliser des masques faciaux, se couvrir les mains avec des gants et utiliser un chiffon en coton pour la cueillette du coton. Je suis très heureuse que tant de femmes adoptent maintenant des pratiques plus sûres. 

Quels sont vos espoirs pour les communautés cotonnières dans lesquelles vous travaillez ? 

J'espère que notre formation encouragera davantage d'enfants à aller à l'école et que notre société productrice de coton cultivera son coton conformément aux principes du Better Cotton. J'espère également que les droits des travailleurs seront respectés et que les ressources naturelles ne seront pas utilisées à mauvais escient. J'espère que notre communauté cotonnière protégera l'environnement et adoptera des méthodes d'économie d'eau, protégera la biodiversité et paiera des salaires égaux. J'espère que personne ne sera jamais victime de discrimination en raison de sa caste, de sa couleur, de sa race ou de sa religion. Enfin, j'espère que les travailleurs auront la liberté d'association et que les femmes auront les mêmes droits que les hommes. 

Lire les questions-réponses avec Anjali Thakur, Ambuja Cement Foundation, Inde

Lire les questions-réponses avec Gülan Oflaz, GAP PNUD, Turquie

Partagez cette page