Environnement

Par Alan McClay, PDG de BCI

Partout dans le monde, les communautés sont aux prises avec le choc du Covid-19 et ses impacts immédiats. Les séquelles et les implications continues de la pandémie mondiale se feront sentir pendant un certain temps et les perspectives économiques semblent difficiles pendant au moins 18 mois. Je reviendrai sur cette perspective à moyen terme dans un prochain article de blog.

Mais à l'heure actuelle, il est rafraîchissant de pouvoir examiner certaines mesures concrètes et constructives prises sur le terrain. Nos partenaires de terrain ainsi que notre propre équipe BCI s'adaptent aux contraintes imposées par la pandémie et soutiennent les communautés cotonnières. Chaque crise est porteuse d'opportunités et les enseignements tirés de cette expérience seront bénéfiques à long terme.

Tout au début de la chaîne d'approvisionnement se trouve le producteur de coton. Les défis affectant l'agriculture sont devenus plus apparents récemment pour le coton, le double coup du changement climatique et la chute des prix soulevant des questions fondamentales sur la viabilité de la culture de la culture. Tous les producteurs de coton sont touchés, mais ce sont les petits exploitants, qui représentent jusqu'à 99 % des producteurs de coton dans le monde, qui sont les plus vulnérables comme l'a exprimé le plus éloquemment Subindu Gharkel dans le blog Fairtrade. De nombreux petits exploitants manquent de stabilité économique - vivant d'une récolte à l'autre - et n'ont pas de filet de sécurité sociale, ce qui était une réalité bien avant cette pandémie. La chute des prix et l'impact cumulé des perturbations de la chaîne d'approvisionnement auront des conséquences réelles et dévastatrices pour les petits exploitants.

Le fait que le coronavirus soit principalement concentré dans les villes ne signifie pas que les communautés rurales ont été épargnées. Ils sont peut-être loin du vortex de la contagion, mais ils sont également moins dotés de protections contre le coronavirus et de soins de santé adéquats si eux-mêmes ou les membres de leur famille tombent malades.

Dans certains pays (l'Inde en est un exemple), les gouvernements sont intervenus en prenant des mesures pour minimiser les risques pour les communautés rurales et agricoles, en fournissant certains éléments de protection. En outre, des centaines d'organisations locales ont été mobilisées, y compris de nombreux partenaires de mise en œuvre (IP) de la BCI, travaillant non seulement pour garantir que les agriculteurs reçoivent une formation et un soutien pour la prochaine saison cotonnière, mais également en fournissant des emballages alimentaires et des équipements de sécurité ainsi qu'une formation visant spécifiquement face aux défis du Covid-19.

Soutenir les communautés agricoles indiennes

Les partenaires de mise en œuvre en Inde utilisent WhatsApp pour partager des conseils sur la façon de rester en sécurité face à Covid-19 avec les agriculteurs et les communautés locales. Les lignes directrices et les meilleures pratiques sont partagées sous la forme d'affiches audio, vidéo et électroniques développées dans les langues locales. Les facilitateurs de terrain (enseignants employés par les partenaires de mise en œuvre qui dispensent une formation aux agriculteurs BCI) appellent les agriculteurs qui n'ont pas accès aux smartphones. Et à travers des peintures murales et des campagnes de jeep*, les partenaires s'efforcent d'atteindre le plus de personnes possible.

Le facilitateur de terrain BCI au Madhya Pradesh, en Inde, écrit un slogan mural : « Pour se débarrasser du coronavirus, lavez-vous les mains avec du savon. »

Le partenaire de mise en œuvre de la BCI, Ambuja Cement Foundation (ACF) s'est tourné vers les téléphones portables et la technologie vidéo afin de compenser les restrictions de mobilité des animateurs de terrain, qui dispensent normalement une formation en personne aux communautés agricoles.

ACF a adapté le matériel du programme dans les langues locales pour le partager avec les communautés rurales via des appels vidéo et Whatsapp, et pour les agriculteurs sans smartphone, l'organisation veille à ce que le contact soit maintenu et qu'un dialogue continu soit maintenu via des appels téléphoniques. En savoir plus à ce sujet dans mon entretien avec Chandrakant Khumbani, directeur général, ACF.

Piloter une nouvelle approche au Mozambique

Au Mozambique, l'équipe d'assurance BCI a piloté, en un temps record, un nouveau processus pour maintenir les activités d'assurance dans une situation de confinement, tout en priorisant la santé et le bien-être de toutes les personnes concernées – personnel de terrain et partenaires, agriculteurs, ouvriers et vérificateurs.

BCI mène un processus d'assurance à distance au Mozambique.

Malgré les restrictions de mouvement dues au verrouillage, le personnel de BCI et des partenaires de mise en œuvre ont pu mettre en œuvre le processus d'évaluation complet par communication à distance. Bien que l'utilisation de la technologie ne puisse pas remplacer complètement les visites sur site et les interactions en face à face, le projet pilote a dépassé les attentes et a également fourni des leçons utiles pour les évaluations d'assurance post-covid. Grâce à la possibilité pour certains agriculteurs de se rendre dans des zones dotées d'installations de communication adéquates ainsi qu'à la planification et à la préparation entre nos partenaires sur le terrain et l'équipe BCI, les preuves recueillies grâce au projet pilote ont aidé à surmonter un certain scepticisme initial et ont fourni des enseignements sur la logistique. , des outils de communication et des formats d'entretien, qui seront intégrés dans les orientations des équipes BCI dans d'autres pays.

À la suite du projet pilote, l'équipe d'assurance de BCI repense également les activités comme d'habitude. Il était difficile et inconfortable de s'éloigner de la norme et de mettre en œuvre le processus à distance, mais cela nous aide à réfléchir à la manière dont les évaluations peuvent être effectuées plus efficacement.

En fin de compte, les agriculteurs BCI seront mieux servis et le renforcement des capacités et l'assurance de la BCI seront renforcés grâce à ces apprentissages.

* Pour toucher le plus de personnes possible, les PA peuvent utiliser des véhicules peints de messages clés ou ornés de banderoles contenant des slogans de campagne. Un système audio est fixé au véhicule et des annonces en direct ou des messages audio enregistrés sont diffusés. Dans certains cas, les véhicules sont également utilisés pour distribuer des dépliants à la population ciblée. Cette approche s'inspire des tactiques observées lors des élections en Inde, notamment dans les zones rurales. Différents types de véhicules à quatre roues sont utilisés, mais l'approche est toujours appelée « campagne Jeep », car les Jeeps étaient les véhicules de campagne les plus populaires dans l'Inde rurale.

Partagez cette page