Nathanaël Dominici et Lisa Ventura de Better Cotton

Alors que la COP27 touche à sa fin en Égypte, Better Cotton a suivi de près l'évolution des politiques liées à l'adaptation et à l'atténuation du changement climatique, espérant que les pays atteindront les objectifs définis dans le cadre de l'Accord de Paris. Et avec un nouveau rapport de l'ONU Changements climatiques démontrant que les efforts de la communauté internationale restent insuffisants pour limiter la hausse moyenne de la température mondiale à 1.5°C d'ici la fin du siècle, il n'y a pas de temps à perdre.

Lisa Ventura, responsable des affaires publiques de Better Cotton, s'entretient avec Nathanaël Dominici, responsable du changement climatique de Better Cotton sur la voie à suivre pour l'action climatique.

Pensez-vous que le niveau d'engagements défini lors de la COP27 est suffisamment sérieux pour atteindre le zéro net d'ici 2050 ?

Les émissions doivent être réduites de 45 % d'ici 2030 (par rapport à 2010) pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. Cependant, la somme actuelle des contributions nationales pour réduire GES les émissions pourraient entraîner une augmentation de 2.5°C, voire plus dans de nombreuses régions, notamment en Afrique, avec des conséquences majeures pour des milliards de personnes et la planète. Et seuls 29 des 194 pays ont produit des plans nationaux plus rigoureux depuis la COP 26. Des efforts supplémentaires sont donc nécessaires pour atténuer le changement climatique, avec des actions significatives dans les pays développés.

De même, davantage d'actions sont nécessaires en matière d'adaptation, les pays et les communautés vulnérables étant de plus en plus en première ligne face au changement climatique. Des fonds supplémentaires seront nécessaires pour aider à atteindre l'objectif de financement de 40 milliards de dollars américains d'ici 2025. Et il faut tenir compte de la manière dont les émetteurs historiques (pays développés) peuvent aider à fournir une compensation financière et un soutien là où leurs actions ont causé des dommages importants ou irréparables autour du monde. monde.

Quelles parties prenantes devraient être présentes à la COP27 pour assurer de réels progrès ?

Pour répondre aux besoins des groupes et des pays les plus touchés (par exemple les femmes, les enfants et les peuples autochtones), il est essentiel de permettre une représentation suffisante de ces personnes lors des pourparlers. Lors de la dernière COP, seuls 39% des dirigeants des délégations étaient des femmes, alors que les études montrent systématiquement que les femmes sont plus vulnérables que les hommes aux effets du changement climatique.

La décision de ne pas autoriser les manifestants et les militants est controversée, en particulier compte tenu du récent activisme climatique très médiatisé en Europe et ailleurs. Alors que d'autre part, les lobbyistes des industries dommageables comme les énergies fossiles sont de plus en plus présents.

Qu'est-ce qui devrait être priorisé par les décideurs pour s'assurer que l'agriculture durable est utilisée comme un outil pour faire face à la crise climatique ?

La première priorité est de convenir d'un cadre de comptabilisation et de déclaration des GES pour les acteurs des chaînes de valeur agricoles afin de suivre et d'assurer les progrès. C'est quelque chose qui prend forme grâce aux conseils élaborés par SBTi (Science Based Targets Initiative) et le Protocole GES, Par exemple. Aux côtés d'autres Membres de l'ISEAL, nous collaborons avec Gold standard définir des pratiques communes pour le calcul des réductions et de la séquestration des émissions de GES. Ce projet vise à aider les entreprises à quantifier les réductions d'émissions résultant d'interventions spécifiques de la chaîne d'approvisionnement, telles que l'approvisionnement en produits certifiés. Cela aidera également les entreprises à établir des rapports par rapport à leurs objectifs scientifiques ou à d'autres mécanismes de performance climatique. Cela favorisera en fin de compte la durabilité à l'échelle du paysage en encourageant l'approvisionnement en matières premières ayant un meilleur impact sur le climat.

Il faut aussi rappeler que, historiquement, l'agriculture n'a pas été suffisamment explorée lors des COP. Cette année, des organisations représentant quelque 350 millions d'agriculteurs et de producteurs ont publié une lettre aux dirigeants mondiaux avant la COP27 pour demander plus de fonds pour les aider à s'adapter, à diversifier leurs activités et à adopter des pratiques durables. Et les faits sont clairs et nets : 62% des pays développés n'intègrent pas l'agriculture dans leur Contributions déterminées au niveau national (CDN), et au niveau mondial, seuls 3 % des financements climat publics sont actuellement utilisés pour le secteur agricole, alors qu'ils représentent un tiers des émissions mondiales de GES. De plus, 87 % des subventions publiques à l'agriculture ont des effets négatifs potentiels sur le climat, la biodiversité et la résilience.

Tson doit changer. Des millions d'agriculteurs dans le monde sont confrontés aux impacts de la crise climatique et doivent être soutenus dans l'apprentissage et la mise en œuvre de nouvelles pratiques pour atténuer davantage leur impact sur le changement climatique et s'adapter à ses conséquences. Les inondations au Pakistan ont récemment mis en évidence la nécessité d'agir, ainsi que la grave sécheresse dans de nombreux pays.

Reconnaissant ces défis, Better Cotton a publié l'année dernière son Approche Climat pour accompagner les agriculteurs à faire face à ces défis mais aussi pour mettre en avant que l'agriculture durable fait partie de la solution

Nous sommes donc heureux de voir qu'il y aura un pavillon dédié à l'alimentation et à l'agriculture à la COP27, et une journée axée sur le secteur. Ce sera l'occasion d'explorer des voies durables pour répondre aux besoins alimentaires et matériels de la population croissante. Et aussi, et c'est important, de comprendre comment nous pouvons orienter au mieux le soutien financier vers les petits exploitants, qui ne reçoivent actuellement que 1 % des fonds agricoles, mais représentent un tiers de la production.

Enfin, il sera fondamental de comprendre comment nous pouvons combiner les considérations climatiques avec la protection de la biodiversité, de la santé des personnes et des écosystèmes.

En savoir plus

Partagez cette page