Environnement

Pour marquer la Journée mondiale de l'eau 2019, nous avons interrogé Gregory Jean, responsable des normes et de l'apprentissage de la BCI, sur la façon dont la BCI travaille avec nos partenaires sur le terrain et les producteurs de coton du monde entier pour relever les défis critiques de l'eau dans la production de coton.

  • À quels défis spécifiques de l'eau les producteurs de coton sont-ils confrontés ?

L'eau douce est une ressource partagée et limitée, ce qui fait de la rareté de l'eau et de la pollution des problèmes mondiaux majeurs. Dans la production de coton, l'utilisation de l'eau pour irriguer les cultures peut avoir un impact sur la disponibilité et la quantité d'eau, tandis que l'utilisation de pesticides et d'engrais peut affecter la qualité de l'eau, tout comme le ruissellement agricole (eau qui s'échappe des champs en raison de l'irrigation ou de la pluie, qui peut contenir des engrais, des pesticides ou déjections animales). Le changement climatique devrait intensifier les pressions existantes sur l'approvisionnement en eau, en particulier dans les régions où la pénurie d'eau est déjà une préoccupation. Pour cette raison, les producteurs de coton doivent adopter des mesures d'adaptation adaptées.

  • Parlez-nous de l'approche de BCI en matière d'eau ?

Ils sont sept Principes et critères de Better Cottonqui définissent la définition globale du Better Cotton. En respectant ces principes, les agriculteurs de BCI produisent du coton d'une manière mesurable meilleure pour l'environnement et les communautés agricoles. L'un des principes porte uniquement sur l'eau. En 2017, nous avons élargi la portée de notre principe de l'eau et l'avons aligné sur le concept de « gestion de l'eau », une approche holistique de la gestion de l'eau qui encourage l'action collective vers une utilisation durable de l'eau au niveau local. Nos efforts s'alignent également sur l'ODD 6 : Assurer la disponibilité et la gestion durable de l'eau et de l'assainissement pour tous.

  • Qu'est-ce que cela signifie pour les agriculteurs?

Nous dispensons une formation sur la gestion de l'eau à nos partenaires sur le terrain, qui à leur tour dispensent une formation aux agriculteurs BCI. Notre formation aide les agriculteurs BCI à vraiment comprendre la gestion des ressources en eau et les défis connexes dans leurs zones locales. Ils apprennent également à collaborer avec d'autres pour utiliser l'eau de manière responsable et conserver la qualité de l'eau. Cette année, en collaboration avec Alliance for Water Stewardship et Helvetas, nous avons développé et lancé une série de projets pilotes de gestion de l'eau axés sur la sauvegarde des ressources en eau et la préservation de la qualité de l'eau. Jusqu'à présent, nous avons dispensé une formation à nos partenaires sur le terrain en Chine, en Inde, au Mozambique, au Pakistan et au Tadjikistan.

  • Quels changements voyez-vous ?

À la suite de la mise à jour du principe de gestion de l'eau, de nombreux agriculteurs BCI cartographient désormais les ressources en eau, gèrent l'humidité du sol, gèrent la qualité de l'eau et appliquent des pratiques d'irrigation efficaces (le cas échéant). Les agriculteurs des cinq pays pilotes (mis en évidence ci-dessus) se sont également engagés et ont collaboré avec les communautés institutionnelles, scientifiques et ONG locales afin de mener une action collective sur la gestion de l'eau. Chaque année, nous partageons les résultats de BCI Farmer qui incluent des indicateurs environnementaux et sociaux. Regard sur notre saison 2016-17 résultats nous voyons que les agriculteurs BCI dans les cinq pays que nous avons analysés (Chine, Inde, Pakistan, Tadjikistan et Turquie) ont utilisé moins d'eau que les agriculteurs de comparaison. Par exemple, les agriculteurs BCI au Pakistan ont utilisé 20 % moins d'eau que les agriculteurs qui n'ont pas participé aux sessions de formation BCI.

Histoires du terrain

Partagez cette page